Faire une formation pour être photographe sous l’eau

photographe-sous-l-eau-underwater-photography
 
En septembre j’ai eu la chance de réaliser un rêve que j’avais depuis longtemps. En effet, j’ai suivi une formation pour être photographe sous l’eau, la seule et unique en garance d’ailleurs. C’est Fluidity, une formation intense de 3 jours qui a eu lieu sur Paris.

A l’Aquaboulevard de Paris plus précisément.

photographe-sous-l-eau-underwater-photography

La formation photographe underwater

Cette formation a été créée par deux talentueuses photographes.
Alison Bounce, et Delphine de Diph photography.

photographe-sous-l-eau-underwater-photography

Cette formation est la seule et unique en France. Elle m’a appris, point par point, tout ce que j’avais à savoir pour être une photographe sous l’eau. Je fais également partie d’un groupe privé, pour le suivie et les échanges avec tous les autres photographes formés en underwater photography.

Le caisson étanche Ikélite

En ce qui concerne le matériel, pour faire des photos sous l’eau, plusieurs solutions existent.

photographe-sous-l-eau-underwater-photography

Il existe plusieurs marques de caisson étanche, mais mon choix s’est naturellement porté sur le caisson étanche Ikélite.
En effet, durant ma formation, c’est Clément, du magasin Photo Denfert, à Paris, qui est intervenu pour nous parler du matériel et des différentes options qui existent.

photographe-sous-l-eau-underwater-photography

Mais le matériel le plus professionnel, et le plus sur pour mon boîtier canon, est le caisson étanche.

J’ai d’ailleurs acheté mon caisson le mois suivant.

Je suis à présent équipé pour pouvoir proposer des shootings photo sous l’eau.

 

Les difficultés techniques pour faire des photos sous l’eau

Je voudrais surtout vous parler de la différence de la prise de vue et du post-traitement.

Lorsque l’on fait des photos en terrestre, le post-traitement des photos (qui est propre à chacun) se fait en fonction des réglages, du boîtier.

En photographie sous-marine, la qualité de l’eau a une grande importance.

Et en ce qui concerne le décor aussi. Pour ce qui est d’une piscine, les parois et le décor ne sont pas forcément « adaptés ».
Ce que je veux dire, c’est que le photographe est dépendant du fond de la piscine et de ses parois.

De ce fait, le travail de post vraiment, ou post-production si vous préférez, est bien plus important.

En effet, chaque photo demande un long travail de retouche.

J’ai compté sur les deux photos que j’ai réalisées et récupérées pendant la formation, j’ai mis un peu plus d’une heure par photo.
Certes, ce temps peut être amélioré, mais pas tant que cela.

Regardez ma photo brute :

photographe-sous-l-eau-underwater-photography

Et maintenant ma photo terminée, après plus d’une heure de travail :

photographe-sous-l-eau-underwater-photography

Vous l’aurez compris, être photographe sous l’eau est différent de photographe « terrestre ».

Du matériel, sa prise en main, les réglages, la respiration, « les poses », le temps qui est beaucoup plus lent, la sécurité. Ainsi que le transport, entretien, et coût du matériel. Et pour conclure le post-traitement, et tout ce qui fait le rendu d’une photo sous l’eau.

L’underwater photography nécessite une formation de qualité, de l’entraînement, et beaucoup de patience pour en arriver à un résultat professionnel.

J’ai adoré apprendre à me servir d’un caisson. Il me faudra un petit peu de temps pour m’y habituer, mais être sous l’eau, est magique. Le monde est différent de ce point de vue là.

Ludivine Espir photographe sous l’eau, underwater photographer.